COVID-19

L'ensemble de nos services sont assurés à distance jusqu'à nouvel ordre en raison de la pandémie de COVID-19.
Suivez l’évolution de la situation et son incidence sur la profession > 

Ariane Villemure : tout savoir sur la médaillée d’or du Québec de l’EFC 2020

Alexandre BilodeauLe 27 novembre 2020, Ariane Villemure a appris qu’elle était la médaillée d’or de l’EFC 2020.

Dans une entrevue, elle a accepté de nous en dire un peu plus sur elle et de nous faire part de quelques-unes de ses astuces pour se préparer à l’EFC dans un contexte si particulier.

 

 

 

Portrait d’une future CPA dynamique et engagée

Sa réaction en apprenant son résultat

« Lorsque j’ai reçu l’appel de la vice-présidente à l’accès et au développement professionnel de l’Ordre, j’étais carrément sans mots et je pense que je n’ai pas compris tout de suite ce qui se passait. J’étais vraiment émue et surtout heureuse de savoir que tous les efforts que j’avais investis dans ma préparation à l’examen avaient porté fruit. »

Pourquoi devenir CPA?

« En fait, mon choix n’était pas définitif au départ. J’ai toujours aimé les mathématiques et les chiffres en général. J’ai suivi un cours en comptabilité au cégep et ça a été le déclic. Je me suis inscrite au baccalauréat en sciences comptables à l’UQTR et c’est là que j’ai réalisé que ma voie était vraiment en comptabilité. »

Une future CPA aux multiples talents

« Ce dont je suis le plus fière durant mon cheminement c’est d’avoir réussi à diversifier mes activités tout en conservant de bons résultats scolaires. Durant mes études, j’ai participé à plusieurs compétitions universitaires, fait du mentorat, animé des séances de résolution de problèmes pour aider d’autres étudiants et participé à une mission de coopération internationale avec CPA Sans Frontières au Sénégal. »

Un cheminement prometteur qui laisse place à la découverte

« Je ne suis pas encore certaine à 100 % de l’orientation que je veux donner à ma carrière à long terme. Le titre de CPA offre tellement de possibilités, beaucoup de voies me tentent! Je travaille actuellement en cabinet et j’aime vraiment ça. Je suis aussi beaucoup attirée par l’enseignement. Je me donne le temps d’explorer et de choisir ce qui va me passionner. »

Une personne qui l’inspire?

« Sans hésitation, je dirais le professeur et CPA Nicolas Blais de l’UQTR. C’est lui qui donnait le cours qui m’a amenée à m’engager auprès de CPA Sans Frontière. Il est vraiment inspirant par sa passion, son dynamisme, son dévouement et ses nombreuses réalisations. Son approche de l’enseignement de la comptabilité est vraiment unique. »

Un faible pour la comptabilité financière… et plus!

« Le champ d’expertise de la comptabilité qui me passionne le plus est la comptabilité financière, mais j’aime aussi beaucoup tout ce qui touche l’audit et la certification. J’ai aussi adoré démontrer mes compétences en fiscalité lors de concours universitaires! » 

Une boursière émérite

« Une des choses qui m’a permis de me concentrer davantage sur mes études et de prendre part à des activités étudiantes variées et enrichissantes est l’obtention de bourses de la Fondation des CPA. Ces bourses m’ont permis d’avoir une tranquillité d’esprit et d’éviter de m’endetter durant mes études. Je suis vraiment reconnaissante envers les donateurs et les partenaires de la Fondation qui ont rendu cela possible! »

S’adapter à un contexte différent 

Incidence de la pandémie de COVID-19 sur sa préparation à l’EFC

« C’est certain que c’était différent de ne pas être en présence de mes enseignants et de mes collègues. C’était plus difficile de communiquer et de nous soutenir entre nous. J’ai quand même trouvé des avantages à ce nouveau contexte. Éviter les pertes de temps dans les transports m’a toutefois permis d’être plus flexible. Grâce à une bonne dose de discipline, j’ai organisé mon horaire pour tirer le maximum de ma préparation malgré le contexte. »

Faire son EFC dans une chambre d’hôtel

« Avant l’annonce des mesures mises en place pour l’EFC, tout le monde était un peu stressé. Toutefois, je trouve que la solution de tenir l’EFC dans des chambres d’hôtel était vraiment parfaite. Je dirais que les conditions étaient même mieux qu’en temps normal, entre autres parce que c’était plus facile de se concentrer dans une chambre individuelle. J’avais vraiment confiance en la manière dont l’examen serait organisé et je n’ai pas été déçue. Des trousses de protection ont été distribuées et il y avait un bon battement entre l’arrivée des différents groupes, tout a bien été planifié. »

Un mot sur la résilience et la capacité d’adaptation des futurs CPA

« Cette année, tout le monde était dans le même bateau pour l’EFC. Nous nous sommes adaptés en faisant des vidéoconférences ou en étudiant à l’extérieur en petit groupe tout en gardant nos distances. Ensemble, nous avons trouvé de belles solutions. L’UQTR nous a aussi beaucoup aidés en nous offrant le suivi d’un enseignant dont la tâche était de communiquer avec nous périodiquement pour savoir si nous allions bien malgré la situation. C’était vraiment rassurant! »

Trucs et astuces pour se préparer à l’EFC

Planifier ses séances d’étude

« En planifiant mes séances, ça m’a permis de les placer dans mon horaire aux moments où je savais que je serais en forme pour étudier, de les répartir de manière équilibrée et de respecter mon rythme. C’est aussi important de connaître ses faiblesses pour concentrer son étude là où ça compte. Par exemple, dans mon cas, au lieu de me faire des fiches sur ce que je savais, j’ai fait des fiches sur ce que je ne savais pas. »

Se récompenser avec de petits bonheurs

« Après une séance d’étude, je profitais des petits bonheurs qui étaient permis malgré le contexte de la pandémie. Je faisais du sport, je me baignais et je profitais de mon temps au chalet pour me détendre. »

Conserver sa routine déjeuner les matins de l’EFC

« Avant chaque jour de l’EFC, j’ai pris un déjeuner soutenant, mais similaire à ce que je mange habituellement. Et, évidemment, je n’oubliais jamais mon traditionnel café afin d’être d’attaque pour la journée! »

Une championne au grand cœur, même à la veille de l’EFC

« Lors de mes examens, j’ai toujours quelque chose de sucré à portée de main. Puisque l’EFC de cette année ne pouvait échapper à cette règle, j’ai décidé de partager cette habitude avec mes collègues de l’UQTR qui passaient l’examen en même temps que moi. La veille de l’examen, je suis allée porter un sac contenant des muffins et des sucreries à chacun d’entre eux, tout en respectant les règles de distanciation physique. Ça m’a occupé l’esprit, parce que je ne voulais pas étudier la veille et l’avant-veille de l’EFC. Je trouvais important d’arriver détendue à l’examen et je savais que, puisque j’avais fait une solide préparation au cours des mois précédents, deux jours d’étude de plus ou de moins n’allaient pas changer quoi que ce soit à mon résultat. »

Un dernier mot pour les futurs CPA

« Concernant l’EFC, le plus important, c’est de se faire confiance et de bien se connaître. L’EFC est comme une longue joute sportive durant laquelle il faut savoir gérer son stress tout en démontrant l’ensemble de ses compétences. Il faut bien s’y préparer, c’est comme un gros marathon, mais il faut trouver son équilibre dans cette préparation. Cet équilibre permet d’arriver à l’examen en ayant confiance en soi et en ses moyens. »

* Information valide au moment de l'entrevue

1.0.0.0